Blog Médecines douces alternatives

Vers 3.2a
Vous êtes ici : Accueil Bien-être > Blog Médecines douces alternatives > Entretenir sa mémoire
 
Entretenir sa mémoire 11/11/2010

Avec les années, le cerveau, comme le reste de notre organisme, perd de son agilité. Il en résulte une altération relative et progressive des fonctions cérébrales, en particulier de la mémoire. Cependant, il ne faut pas s'avouer vaincu. Des moyens existent pour limiter cette « atteinte du temps ». Pourquoi ne pas les mettre en œuvre ?

 

Lorsque les années s'accumulent, les neurones se fragilisent, le calibre des vaisseaux qui irriguent le cerveau et lui apportent oxygène et nutriments tend à se réduire, et le débit de la circulation cérébrale à s'amoindrir. Les différentes fonctions cérébrales peuvent être touchées par le vieillissement, mais avec plus ou moins d'intensité selon les fonctions et selon les sujets. La baisse des fonctions sensorielles telles que la vision et l'audition sont fréquentes. Le port de lunettes ou de lentilles corrige la première. Les prothèses auditives améliorent la seconde. Si ces altérations, de même que la moindre souplesse des articulations, peuvent être gênantes, elles sont attendues et n'inquiètent pas trop les personnes qui en souffrent. Il n'en est pas de même de la baisse des activités intellectuelles (mémoire, attention,faculté d'adaptation...) qu'aucune prothèse ne peut corriger et qui peut être source d'inquiétude. C'est le cas en particulier de la perte de mémoire car elle évoque une maladie grave : la maladie d'Alzheimer. Cette crainte est souvent excessive. En effet, les petits oublis survenant à tout âge, en particulier chez les étourdis, et qui s'accroissent  physiologiquement avec les années, ne doivent pas être confondus avec les sévères pertes intellectuelles qui signent la démence. Les oublis bénins évoluent peu et n'empêchent pas la réalisation des activités quotidiennes. En revanche, les pertes de mémoire qui s'aggravent rapidement et ont un retentissement important sur la vie quotidienne doivent amener à consulter le médecin.

 

> Comment entretenir sa mémoire ?

 

Même si le vieillissement a des conséquences inexorables, il est possible par des exercices appropriés de ralentir aussi bien les altérations physiques de notre organisme que les fléchissements de notre intellect. En ce qui concerne la mémoire,on peut, bien sûr, l'entraîner en apprenant chaque jour un mot nouveau et sa définition, ou se réciter régulièrement des poèmes appris dans l'enfance. Ces activités sont fastidieuses et peu valorisantes. Par ailleurs, il ne suffit pas d'agir sur la mémoire proprement dite. Stimuler l'ensemble des facultés cérébrales retentit indirectement sur les processus de mémorisation. Ainsi, en menant une vie active (sans aller jusqu'à l'hyperactivité, Le cerveau s'use d'autant plus qu'on ne s'en sert pas), en ayant des occupations variées, en gardant des contacts sociaux, en consommant une nourriture saine et en pratiquant une activité physique régulière, l'organisme garde sa capacité à s'adapter aux situations nouvelles et à faire face aux problèmes.

 

> Nutrition et exercice

 

Pour fonctionner correctement, le cerveau a besoin de nutriments : sucres lents (pain, légumineuses, céréales), vitamines du groupe B (Bi : céréales complètes ; Bg : fruits et légumes frais ; 612 .-poissons, œufs et laitages), vitamine C antioxydante (fruits et légumes verts). Les acides gras mono-insaturés (huile d'olive, certains poissons) semblent aussi protéger du déclin des fonctions cognitives lié à l'âge. Le cerveau doit aussi être bien oxygéné. Il est donc conseillé de sortir chaque jour, de pratiquer un sport si possible en extérieur ou au moins une activité physique régulière telle que la marche ou la natation. Bien sûr, cette activité doit être adaptée au souhait et à l'état de santé de chacun.

 

> Les activités et jeux qui stimulent la mémoire


Toutes les activités qui stimulent le fonctionnement cérébral favorisent la mémorisation à partir du moment où elles sont effectuées avec intérêt, concentration et attention soutenue. • Après avoir lu un article dans la presse ou un chapitre d'un livre, s'astreindre à en faire un petit résumé comme s'il s'agissait d'en informer quelqu'un est un exercice de mémorisation bénéfique.

• Le calcul mental est une gymnastique de l'esprit à laquelle nous n'avons pas suffisamment recours. Évaluer mentalement le montant d'une addition au supermarché ou au restaurant avant de passer à la caisse fait travailler le cerveau en même temps que cela évite les mauvaises surprises.
• Participer (même si c'est assis devant son poste) à des jeux télévisés comme « Questions pour un champion », « Des chiffres et des lettres », stimule la réflexion et la recherche des connaissances acquises au même titre que participer avec des amis à un «Trivial Pursuit ».
• Des jeux tels que le Scrabble, les mots croisés, le sudoku, les échecs ou le bridge utilisent la mémoire (bien maîtriser les règles du jeu), la réflexion et le jugement (déjouer les pièges de l'adversaire et élaborer des stratégies). Chacun sait que la pratique régulière de ces activités permet d'améliorer ses performances.

• II existe des jeux vidéo destinés à stimuler la mémoire et les fonctions mentales. Pourquoi pas ? Cependant, ils ne doivent pas remplacer le contact avec le monde réel et les activités sociales. Le contact avec le monde extérieur est une source de stimulation irremplaçable.

 

NE PAS OUBLIER D'ENTRETENIR SA MÉMOIRE

 

> Les tests de mémoire

Tout le monde connaît le jeu de Memory qui consiste à retrouver 2 dessins identiques parmi des cartes retournées. Tout adulte qui a joué au Memory avec un enfant se souvient de la vexation éprouvée devant la vitesse avec laquelle celui-ci accumule les paires retrouvées alors que lui-même peine à en assembler quelques-unes !

De nombreux tests de mémoire présentés sous une forme ludique sont proposés soit en recueil, soit sur Internet. Il peut s'agir de listes de questions auxquelles il faut répondre en un temps donné ou de retrouver des informations déjà vues. Bien sûr, ils ne remplacent pas les tests effectués sous contrôle médical chez un sujet présentant des troubles de la mémoire.
Lorsque la question se pose, parlez-en à votre médecin qui soit vous fera passer des tests adaptés, soit vous orientera vers une consultation mémoire spécialisée. Le test le plus utilisé dans les consultations mémoire est le MMS (Mini Mental Test) ou test de Folstein. En fait, il ne se contente pas d'explorer la mémoire, il permet d'évaluer l'ensemble des fonctions cognitives : le langage, l'attention, l'orientation dans le temps et dans l'espace. Ce test prend une quinzaine de minutes et doit être effectué par un médecin expérimenté. Il en existe une version simplifiée (CODEX) adaptée à la consultation du médecin généraliste et qui peut être effectuée en 3 minutes. Il comporte un test de mémoire : le médecin indique 3 mots dans des catégories différentes, par exemple : un fruit, un vêtement, un animal. Pour tester la mémoire immédiate, il est demandé au patient de les répéter tout de suite puis un moment plus tard pour tester la mémoire différée. Le CODEX comporte aussi le test de l'horloge dans lequel il est demandé au patient de dessiner une horloge. Le test est normal si les nombres sont tous présents, leur position correcte, les deux aiguilles bien identifiées et si l'heure que l'examinateur a demandé d'indiquer avec les aiguilles est correcte. La solution de ces tests est évidente pour un sujet en bonne santé. En revanche, le CODEX est rapidement perturbé dans une maladie d'Alzheimer débutante et un CODEX anormal permet de détecter une démence dans environ 90 % des cas (Pr J Balmin et coll. Presse Médicale 2007; 36:1183-90).

 

Les CONSEILS

 

Consultez un médecin si vous avez :

 

> des pertes de mémoire importantes et fréquentes (oublis de rendez-vous, erreurs lors du règlement de factures...) ; de plus en plus de difficultés à effectuer des tâches journalières banales (s'habiller, faire sa toilette, préparer à manger) sans raison objective ; 

> des troubles de l'orientation : vous vous égarez, vous ne savez plus où vous aviez l'intention d'aller, vous êtes perdu dans des lieux qui devraient vous être familiers ;
> des troubles de l'audition ou de la vision : le fait de mal entendre ou de ne pas voir nettement accroît la difficulté à mémoriser des événements.

Certains facteurs peuvent induire des pertes de mémoire temporaires :
> le surmenage ;
> le stress, l'anxiété, la dépression ;
> certains médicaments : somnifères, tranquillisants, antihistaminiques ;
> des troubles hormonaux;
> l'hypertension artérielle.

 

Les différents types de mémoire :

 

> La mémoire épisodique : souvenir personnel de quelque chose que l'on a vécu.
> La mémoire sémantique est celle du savoir général : notre langue maternelle, la différence entre un végétal et un animal... La mémoire didactique qui concerne les connaissances culturelles et historiques
(« nos ancêtres les Gaulois », « 1515 Marignan »...) est un sous-groupe de la mémoire sémantique.
> La mémoire procédurale concerne le savoir-faire qui a nécessité un apprentissage : savoir nager, faire du vélo...
> La mémoire explicite est la mémoire consciente alors que la mémoire implicite est inconsciente.
> La mémoire à court terme est celle des événements récents, alors que la mémoire à long terme correspond au stockage définitif de données anciennes.
> La mémoire verbale conserve les informations verbales, la mémoire visuo-spatiale les informations non verbales (les formes, les images).

 

Quelques conseils pour la vie courante

 

Faites une liste des tâches à effectuer et rayez-les au fur et à mesure.
Placez toujours au même endroit les objets importants : lunettes, clés, sac à main, portefeuille...
Si vous avez oublié où vous alliez ou ce que vous vouliez faire, réfléchissez à ce que vous faisiez auparavant, retournez à votre point de départ, par association d'idées vous retrouverez votre objectif initial.
Lorsque vous faites la connaissance d'une nouvelle personne, répétez son nom plusieurs fois pour le mémoriser. Faites-le à haute voix (si vous êtes seul), la mémoire auditive favorise aussi la conservation des idées dans le cerveau.

 

Auteur Yvonne Evrard

Avec l'aimable autorisation de Pharma Référence



Michel  Chauvet
Commentaires : 0|
Le 30 Avril 2017

<<Novembre 2010>>

DLMMJVS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
12
13
14
15
16
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Commentaires :
13/04/17 par Sandra
13/04/17 par Huguette
10/04/17 par Huguette
10/04/17 par Huguette
04/04/17 par Gabriella
30/01/17 par Magnetiseur
30/01/17 par Magnetiseur
21/01/17 par Sophie
12/01/17 par Ella
Non inscrit ?
Commentez sur le Blog

Un sujet ?
Devenez co-auteur du Blog
Catégorie :